Bernard.Tartois@wanadoo.fr

 

 

RUSSIE
Au fil de la Volga

d'Astrakhan à Moscou (3000 km environ)

- octobre 2013 -

 

 Photos Nicole et Bernard TARTOIS
Canon IXUS 850 IS et IXUS 130
© Bernard TARTOIS - Tous droits réservés

 

 

 

 

  

organisé par TMR - 349 avenue du Prado - 13417 MARSEILLE CEDEX 08
04.91.77.88.99

 

 

 

 

A voir également :
 Depuis la France, la Russie en camping-car (2008)
Moscou, l'Anneau d'Or, Saint-Petersbourg,
les pays Baltes, la Pologne, la république Tchèque etc.

 

 

 

Pour notre première croisière nous avons parcouru la Volga de la mer Caspienne à Moscou.
Naviguer sur ce fleuve, c'est prendre consciense de l'immensité de ce pays mythique aux horizons infinis,
berceau de la Russie.

Nous ne le regretterons pas !

 

 

 

source TMR

 

 

 

  • jour 0 : mercredi 2 octobre 2013
    Caen - Paris CDG

 

  • Très beau temps pour cette avant-première de voyage du début octobre : nous quittons la Normandie avec 22°.


    Comme d'habitude, nous avons réservé à l'hôtel IBIS de Roissy - Charles de Gaulle.

    Depuis notre chambre du 5ème étage, nous avons une belle vue sur les pistes.


    Toujours un service souriant et très professionnel au restaurant "Pâtes et Pizzas". De plus, ce n'est pas mauvais du tout.

 

 

 

 

 

 

 

  • jour 1 : jeudi 3 octobre :
    Paris Roissy CDG - Moscou - Astrakhan

 

  • C'est un A 320 qui nous mène à Moscou en un peu moins de quatre heures. Comme nous l'avions remarqué en 2008, les Russes sont d'une remarquable tristesse, même les hôtesses d'Aéroflot...

    Pas d'apéritif et un repas des plus léger...
    Pas d'écran GPS et pas de film à visionner.

    A
    Moscou, il ne fait que 4°. Nous troquons notre avion contre un A 321 car il n'existe pas de liaison directe entre Paris et Astrakhan. Un misérable "en-cas" nous sera servi accompagné d'un verre d'eau ou de jus de fruit (pas deux !).

    2h15 de vol et nous arrivons à
    Astrakhan où un car nous attend pour nous mener au bateau qui nous hébergera pendant tout notre séjour.

    Il est plus de 3 heures du matin. Une collation nous est servie avant de rejoindre notre agréable cabine pour quelques heures de repos.

 

 

- Le bateau et une petite vodka nous attendent -

 

 

 

 

  • C'est le "Volga Dream" qui nous accueille.
    C'est un bateau de 98 mètres dont la vitesse de croisière est de 20 km/h.
    3000 navires de ce type ont été construits en peu de temps à la fin des années 50 dans le but d'envahir l'Europe.

    Notre navire date de 1959. Il a subit une rénovation totale en 2007. Les architectes et décorateurs ont recréé l'atmosphère des palais russes. Seules les matières les plus précieuses ont été retenues.

    A taille humaine, il n'abrite que 58 cabines et suites.

    Ce serait l'un des bateaux les plus luxueux parmi tous ceux qui naviguent sur la Volga et la Neva.

    Les 60 membres d'équipage et particulièrement ceux que nous fréquentons - restauration et hôtellerie - sont particulièrement sympathiques, professionnels et souriants.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • jour 2 : vendredi 4 octobre :
    Astrakhan
    6 à 10° - fortes pluies et inondations dans la ville

     

  • Température fraîche et pluie nous accueillent pour cette première escale. Après un copieux petit-déjeuner, nous partons visiter cette ville située au delta de la Volga, tout près de la Caspienne.

    Un tour panoramique très complet en car nous permet de découvrir le centre historique et ses alentours. Plusieurs rues et avenues sont inondées.

    Cette ville de 550.000 habitants est associée bien évidemment à la fourrure mais c'est aussi la capitale de l'esturgeon et du caviar. Pour l'instant, elle n'est pas ou très peu fréquentée par les touristes.

    Nous visitons le Kremlin qui est une grande forteresse construite sous le règne d'Ivan le Terrible.
 

 

 

  • Un peu plus loin, un premier arrêt au marché aux poissons qu'ils soient fumés ou séchés.

    Il faut être très courageux pour arpenter les allées car les mares d'eau sont nombreuses et il arrive même de traverser sur des palettes branlantes des endroits complètement inondés.

    Le marché aux fruits et légumes n'est qu'une symphonie de couleurs et les étals de viande sont superbes. A notre grande surprise, ici les vendeuses nous font de grands sourires et se prêtent volontiers aux photos.
 

 

- Quelques images des marchés -

 

 

 

 

 

 

  • Un agréable déjeuner et, la soirée approchant, il est déjà temps d'assister à un fantastique spectacle de chants, musiques et danses russes. Dans leurs costumes magnifiques, ces talentueux professionnels qui se produisent souvent à l'étranger nous offrent un grand moment.
  

 

 

 

  • Nous larguons les amarres à 22 heures. C'est la dernière croisière de la saison du "Volga Dream" qui remonte sur Moscou. Dans les prochaines semaines la Volga sera prise par les glaces.

 

 

 

 

 

 

 

  • jour 3 : samedi 5 octobre :
    Astrakhan - Volgograd : 500 km
    6 à 10° - très nuageux

  • Temps gris et froid.

    La journée se passera en navigation.

    Jean-Pierre Anglade nous offre une conférence dont il a le secret : "Les riches heures ayant fait la Russie".

    Elle est suivie par un exercice général de sécurité qui monopolise équipage et passagers.

 

 


- Tout le monde sur le pont ! -

 

 

 

  • Philippe nous décrit avec beaucoup d'humour les nouvelles du monde et du bord. Il rencontre toujours un franc succès.

    On ne s'ennuie pas car l'heure du déjeuner arrive.

    La navigation s'écoule paisiblement, ponctuée par l'apparition de quelques villages sur les rives.

    Après-midi chargé : un cours d'introduction à la langue Russe, un Quizz et les mots d'esprit de l'inénarrable Jean-Pierre.

    Avant le dîner, le commandant Vladimir nous offre un cocktail de bienvenue au cours duquel il présente sont état-major. Le repas fut excellent d'un bout à l'autre : finesse des plats, présentation recherchée et service toujours très attentionné.
 

 

 

 


- La souriante et sympathique équipe du bar - 

 

 

 

 

 

  • jour 4 : dimanche 6 octobre :
    Volgograd - Saratov (380 km)
    3 à 9° - couvert
 

 

 

 

  • Après 25 heures de navigation, c'est au petit matin que nous accostons à Volvograd pour aussitôt effectuer un tour de ville en car.

    En avril 1925, la ville fut renommée
    Stalingrad, littéralement : "la ville de Staline". Ce changement de nom va dans le sens du renommage des villes aux noms des dirigeants bolcheviques durant la période soviétique.

 

 

  • Après son arrivée au poste de secrétaire général du PCUS, en décembre 1927, Joseph Staline lança l’industrialisation de la ville. C’est ainsi qu'un centre industriel et un centre de fret ferroviaire et fluvial virent le jour.


    Durant la Seconde Guerre mondiale, appelée "Grande Guerre patriotique" en Union soviétique, la ville devint le centre de la bataille de Stalingrad. Elle est considérée comme l'une des plus coûteuse en vies humaines de l’histoire militaire ainsi que comme l'une des batailles décisives de la guerre contre les forces de l'Axe.


    Les forces allemandes atteignent la ville le 23 août 1942 et capitulent le 2 février 1943. En termes de pertes humaines, environ 250.000 soldats des forces de l’Axe ainsi que 480.000 soldats soviétiques trouvèrent la mort, sans compter le nombre toujours inconnu de civils tués, ni celui encore plus élevé des blessés.

    La ville fut pratiquement anéantie et réduite à un champ de ruines et de gravats, mais sa reconstruction démarra dès le lendemain de la capitulation allemande.


    Pour l’héroïsme de ses habitants et des soldats qui la défendirent, Stalingrad reçut le titre de "Ville héros" en 1945.

    Un mémorial dominé par une imposante statue allégorique de la Mère Patrie fut bâti sur la colline Mamaïev, une des collines où la guerre fut la plus intense.

 Source Wikipédia

 

 

  • Avec ses immeubles d'une autre époque la ville est sinistre.

    Notre première halte se fait au Parc des Héros. Une belle allée fleurie se termine par un obélisque.
 

 

 

 

  • Un peu plus loin, c'est la statue de la "Mère-Patrie" qui attire l'œil plusieurs kilomètres à la ronde. C'est la plus haute du monde, encore plus haute que la statue de la Liberté : 85 m avec le socle, 56 m sans.
    Le glaive en acier mesure 28 m.

    Elle est bâtie sur la colline Mamaïev.

    Très impressionnant !

 

 

 

 

  • Nous avons la chance d'assister à la relève de la garde et terminons cette matinée par le musée de la Bataille de Stalingrad.

 

 

 


- Le musée de la bataille de Stalingrad -

 

 

 

  • Il est temps d'embarquer pour parcourir les 380 km qui nous séparent de Satarov. Un bon déjeuner et nous passons notre première écluse. Il y en aura 15 jusqu'à Moscou.
  

 

 

 

 

 

 

 

  • jour 5 : lundi 7 octobre :
    Saratov - Samara (430 km)
    5 à 12° - grand soleil

 

  • 19 heures après notre départ, Saratov est en vue. Nous mouillons l'ancre car le quai où nous devions accoster est en réparation. Un ferry vient nous chercher.

 

- Un délicieux et copieux petit-déjeuner et nous repartons à la découverte de la Russie -

 

 

 

 

 

 

  • Traditionnel tour de ville sans grand intérêt avant de parcourir les salles du musée Radichev.
  

 

 

 

 

 

  • Il ne nous reste qu'à parcourir la longue rue piétonne du centre-ville avant de regagner le bateau.
  

 

 

 

 

 

 

 

  • Les escales sont courtes mais les animations sont nombreuses : nous découvrons la cérémonie du thé russe avant d'assister à la conférence de Jean-Pierre consacrée à "la dynastie des Romanov".

 

- La cérémonie du thé à la russe -

 

 

 

  • Nous profitons également de quelques moments sur le pont pour admirer les berges toutes proches, découvrir de temps en temps des villages perdus aux somptueuses mosquées ou églises. Nombreux sont également les péniches et les pousseurs croisés ou dépassés.
 

 

 

 

 

 

 

  • Nous avons la chance de monter à la timonerie, tous les deux seuls. Le commandant et ses officiers nous expliquent l'utilité de leurs instruments de navigation et les difficultés de notre parcours où les méandres de la Volga et les bancs de sable sont nombreux.
 

 

  • Après un excellent dîner, une soirée "Casino" est organisée par Philippe et Jean. Une totale réussite qui a permis à chacun de passer un bon moment dans une ambiance folle.

 

 

 
- Jean, croupier d'un soir -

 

 

 

 

 

  • jour 6 : mardi 8 octobre :
    Samara - Kazan (430 km)
    8 à 12° - nuageux
 

 

 

 

 

 

 

 

  • Arrivée à Samara à en début d'après-midi après 23 heures de navigation. Nous débarquons aussitôt.

    C'est une grande cité industrielle qui compte un million d'habitants. Ville fermée à l'époque de l'URSS jusqu'en 1990, il était impossible aux étrangers d'accéder à la ville car des industries importantes dans le domaine militaire y étaient situées.


    Le tour de ville en car ne montre que des immeubles défraîchis et de piteuses maisons en bois.

    Heureusement, il y a quelques places intéressantes sur lesquelles nous nous arrêtons et une rue piétonne très animée.

 

 

 

 

 

  • Samara est la capitale mondiale de l'Espace. Elle a son musée que nous visitons. A l'extérieur, une réplique de la fusée Soyouz qui fut construite en grande partie aux alentours de la ville.

    C'est ici qu'a été assemblé l'engin qui mit Youri Gagarine en orbite en 1961. Une statue du cosmonaute domine les berges.

 

  

 

 


- Notre guide est très érudite et parle parfaitement le français -

 

 

  • Revenus sur le bateau, nous avons une présentation de l'artisanat Russe. Un peu plus tard, c'est le talentueux Philippe qui nous propose de découvrir "les définitions mystérieuses".

    Ce soir, c'est un dîner russe qui nous attend avec dégustation de vodka. Comme d'habitude, c'est excellent, très bien présenté et servi par de jeunes femmes en tenue traditionnelle qui sont souriantes et efficaces.

 

 

 

 

 

 

 

  • jour 7 : mercredi 9 octobre :
    Kazan - Nizhni-Novgorod (420 km)
    8 à 12° - grand soleil

 

 

 

 

  • Nous avons passé plusieurs écluses cette nuit et c'est un beau soleil qui nous réveille.
    Un excellent petit-déjeuner et il est temps d'assister aux "nouvelles du jour et du bord" commentées par Philippe et Olga.

    Juste après, notre conférencier préféré nous commente longuement : "Maxime Gorky, Bolchévik ou réaliste ?".

    Encore un bon repas et nous débarquons à la découverte de
    Kazan, capitale de la région du Tatarstan.

 

 

 

 

 

 

  • Enfin une belle ville, la première !
    Une perle architecturale mêlant influences occidentales et orientales.

    Le gigantesque Kremlin abrite quelques uns des trésors de la ville dont la superbe et récente mosquée Kul-Sherif qui est la plus grande d'Europe, la cathédrale de l'Annonciation, l'ancien palais du Gouverneur et la Tour de Söyembikä,.

 

 

 

 


-
Habillée à la dernière mode de l'époque soviétique,
notre top model local nous réserve une visite passionnante -

 

 

  • Nous terminons notre après-midi par la visite de la superbe cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul.
 

 


- la rue piétonne -

 

 

 

 

  • Comme à chaque retour de balade, la jolie et souriante Ludmila nous offre un thé. Malgré la barrière de la langue, c'est devenue presque une amie tout comme Yvan, le maître d'hôtel.

    Un peu récalcitrants au début, nous réussissons à leur faire dire au bout de deux ou trois jours lors du service un "Bon app !" au lieu du traditionnel "Bon appétit" et un "Ca boum ?" à la place de "Allez-vous bien ?".

    Eux, comme toute la table éclatent de rire à chaque repas...
 

 

 

  • Après cette courte escale, un spectacle folklorique nous attend sur le bateau suivi d'un excellent dîner et d'une soirée piano-bar avec Nathalie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • jour 8 : jeudi 10 octobre :
    Nizhni-Novgorod
    12° à 14° - temps gris avec de belles éclaircies

 

 

 

 

 

  • A 10 heures, une conférence nous attend : "Deux coups de feu pour un mythe : Pouchkine, le duel qui a traversé l'histoire".
    Juste après, Philippe et son "TMR magazine" quotidien commente l'actualité et la vie à bord.

 

 

 

 

  • Nous arrivons à 15 h à Nizhni-Novgorod après 21 heures de navigation. L'ensemble des deux mots pourrait être traduit comme " la nouvelle ville sur les terres de la basse Volga " puisqu'à l'époque de sa fondation c'était la dernière cité russe aux abords du fleuve.

    C'est aussi la ville de Stéphane Gorki dont elle porta fièrement le nom de 1932 à 1990.
 

 

 

 

  • C'est une grande agglomération de plus d'un million d'habitants que nous avons le temps de découvrir lors de la promenade en bus car les bouchons sont très nombreux.

 

 

  • Dans le centre historique de la ville se trouve le Kremlin construit en pierres. Il date du XVIe siècle, son enceinte fait 2 km de circonférence et comporte treize tours.

    Il abrite une cathédrale et plusieurs musées et monuments dans un cadre agréable au milieu de nombreux arbres. On peut également y voir la flamme du soldat inconnu de la Seconde Guerre mondiale et d'anciens chars utilisés pendant la guerre.

    Depuis la terrasse on peut admirer la Volga et une partie de la ville.

 

 

 

 

  • Un petit tour dans la rue piétonne qui est très animée et nous terminons cette visite par le monastère de l'Annonciation avant de regagner le "Volga Dream".

 

 

  • Une agréable surprise nous attend : une vingtaine de très jeunes musiciens nous offrent un concert extraordinaire en frappant des cuillères en bois les unes contre les autres : succès, rythme et ambiance assurés !

 

 

 

 

 

Après une nuit passée au mouillage en face Nizhni-Novgorod, nous levons l'ancre pour une journée et une nuit sur la Volga.

 

 

 

 

  • jour 9 : vendredi 11 octobre :
    navigation vers Iaroslavl (390 km)
    12° à 14° - gris
 

 

  • Le capitaine et son équipage doivent faire preuve de beaucoup d'attention car il faut sans arrêt slalomer entre les bouées, le fleuve présentant de nombreux méandres sur tout le parcours.

 

 

 

 

 

 

 

  • Les occupations prévues sont nombreuses et ne laissent pas place à l'ennui : une conférence "Qui êtes-vous Prince Potemkine ? ", un atelier de cuisine russe, des jeux de culture générale et, pour finir, une soirée dansante.

    J'allais oublier la projection de films comme "le cuirassé Potemkine", "le docteur Jivago", "le barbier de Sibérie" etc.
 

 

- un intéressant atelier de cuisine russe suivi d'une délicieuse dégustation -

 

 

 

 

 

 

 

  • jour 10 : samedi 12 octobre :
    Iaroslavl - Ouglich (210 km)
    8° à 12° - Soleil prédominant sous de gros nuages noirs

 

 

 

  • Arrivée à Iaroslavl au petit matin. Le ciel est magnifique.
    Nous revenons avec plaisir dans cette ville qui fait partie de l'Anneau d'Or. Nous l'avions déjà visitée en camping-car durant l'
    été 2008.


    Au XVIIe siècle, ses marchands fortunés ramènent de leurs voyages vers
    Samarcande et Boukhara le goût des couleurs du Sud et font bâtir d'innombrables églises. On en compte encore une soixantaine.


    Comme d'habitude nous commençons par un tour de ville en car. Cette cité est un véritable musée à ciel ouvert et les couleurs automnales des arbres sont superbes.

 

 

 

 

 

  • Premier arrêt sur les bords de la Volga qui sont fort bien aménagés et constituent un lieu de promenade très prisé des habitants.
 

 

 

 

  • Abrité par de hauts murs, se dresse le monastère de la Transfiguration. On trouve ici les monuments les plus anciens de la cité.
    La massive cathédrale ressemble à une forteresse avec ses coupoles en forme de casque. L'endroit avec ses nombreux arbres est très pittoresque.

    Son musée renferme des trésors inestimables.
 

 

 

 

  • Balade dans le marché avant de rejoindre l'église du Prophète Elie que l'on doit à la générosité de riches négociants en fourrure.

 

 

 

 

 

  • C'est un bijou de l'architecture religieuse, lieu de pélerinage des tsars. Les fresques sont le point d'intérêt majeur du lieu. Réalisées en trois mois par 15 des meilleurs fresquistes de l'époque, elles représentent en 80 scènes de la vie du prophète et de son disciple.

 

 

 

 

 

 

  • Pour finir cette matinée, nous nous attardons longuement dans l'intéressant Musée des Arts. Notre guide est aussi jolie que sa robe à volants.
 


- Peut-on rêver guide plus gracieuse ? -

 

 

  • Plusieurs tableaux sont magnifiques. A la fin de la visite, nous avons droit à un petit concert suivi de quelques pas de valse.
 

 

 

 

  • De retour au bateau un bon déjeuner nous est servi suivi d'un atelier de peinture sur matriochka, un quizz de la chanson française et une conférence de Jean-Pierre sur la "Ligue Hanséatique".
 

 

 - atelier de peinture sur matriochka -

 

 

  • La journée se terminera par un concert classique.

 

 

 

 

 

 

 

  • jour 11 : dimanche 13 octobre :
    Ouglich - Moscou (265 km)
    4° à 12° - Grand beau temps
 

 

 

 

  • Arrivée à 8 heures à Ouglich.

    Grand ciel bleu et soleil sont au rendez-vous.
    Pleine de charme, nichée sur la rive droite de la Volga, au creux de vastes forêts,
    Ouglich a su nous séduire.


    Bordée par les arbres qui ont revêtus leur parure automnale, la belle allée séparant le port du centre-ville regorge d'étalages de marchands d'artisanat. La petite ville est célèbre pour ses patchworks et poupées russes aux costumes traditionnels.


    La cité présente des joyaux d'architecture.


    C'est dans l'enceinte de l'ancien Kremlin que se dresse la chapelle Saint-Dimitri avec ses bulbes parsemés d'étoiles. Les murs portent des fresques peintes. Fait inhabituel, Adam et Eve sont représentés nus.

 

 

 

 

 

 

  • Juste derrière, la cathédrale de la Transfiguration est tout aussi enchanteresse. Là aussi, les murs sont illustrés de fresques. L'iconostase à six registres présente de belles icones.

    Un bien bel endroit.
 

 

 

 

 

 

 

 vers Moscou...   

 

Bernard.Tartois@wanadoo.fr