Bernard.Tartois@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

 

 - Juin 2010 -

 


- Météo de l'Eure -

- Météo de la Seine-Maritime-
 

 

 

A voir également :


Saint-Valéry-en-Caux - Veules-les-Roses - Eu - Criel-Plage - Varengeville-sur-mer et le Manoir d'Ango
Caudebec-en-Caux, Saint Wandrille et Jumièges - Dieppe et la route du cidre dieppoise
Dieppe et la Fête du Hareng 2005
Le parc zoologique de Clères - Montville - Le Tréport
Etretat, Yport et Veulettes - St Valéry-en-Caux : la foire aux harengs 2007

 

 

 

 

  • C'est sur l'aire de services de La Mailleraye que nous passons notre première nuit.
    Bordé par la Seine qui passe à quelques mètres des camping-cars, l'endroit est aussi calme que plaisant. D'avril à octobre, il est demandé 5 euros pour le stationnement. Un jeton acheté chez les commerçants permet de faire le plein d'eau à la borne.
 

 

 

 

 

 

  • L'aire de Saint-Nicolas-de-Bliquetuit est idéalement placée en bordure du fleuve juste en face Caudebec-en-Caux. Elle n'accueille que cinq ou six camping-cars bien serrés les uns contre les autres.
 

 

 

 

  • C'est pour son église romane que l'on vient à Aizier.
    A ses pieds, une dalle à trou d'homme, vestige d'une allée couverte, remonte à 2000 ans avant J.-C..
    Situé en pleine campagne, l'endroit est vraiment charmant.

    En allant vers l'aire de pique-nique, il est tout à fait envisageable d'y passer la nuit.
 

 

 

 

 

  • Avec se nombreuses chaumières tapies à l'ombre des pommiers, Vieux-Port est un village particulièrement pittoresque. L'endroit a séduit des générations de peintres.

    Là aussi, en descendant vers la Seine, un grand pré offre la possibilité d'y dormir.
 

 

 

 

 

 

  • Quillebeuf était jusqu'au 19è siècle une importante cité maritime. C'est ici que les navires attendaient la marée haute pour franchir une dangereuse passe. C'est ici également que se formait le mascaret lors des grandes marées.

    La beauté des lieux est maintenant gâchée par les installations pétrolières et chimiques de
    Port-Jérome construites juste en face.

    Bien que le pont de Tancarville ne soit pas éloigné, un bac continue à assurer la liaison avec l'autre rive.
 

 

 

 

 

 

 

  • Nous franchissons le pont de Brotonne sans nous arrêter à Caudebec-en-Caux, déjà visité il y a quelques années.


    Villequier occupe un joli site en bordure de Seine. Des maisons de brique sont précédées de jardins qui dégringolent vers le quai.

    C'est ici que se déroulait autrefois la relève des pilotes entre le "fluvial" et le "maritime". La station a maintenant été déplacée à
    Caudebec.


    L'église présente de beaux vitraux. Son cimetière abrite plusieurs tombes de la famille Hugo dont celles d'Adèle et de Léopoldine qui s'est noyée en face le village à bord d'un petit voilier.

    Il y a d'ailleurs un musée Victor Hugo qui évoque la vie et l'entourage de sa fille Léopoldine.
 

 

 

 

 

 

 

 

  • L'abbaye bénédictine de Saint-Wandrille n'est pas loin.

    En dehors de l'enceinte, nous commençons par visiter l'église qui présente de nombreuses merveilles.


    Nous avons la chance d'assister à une des rares visites guidées qui sont organisées chaque jour. Elle durera plus de deux heures sous la houlette d'un guide passionné et passionnant.


    Il nous rappellera la règle de Saint-Benoît (prière et travail), nous expliquera tout sur les ruines de l'abbatiale et nous fera pénétrer dans la galerie du superbe cloître et dans l'église où ont lieu les nombreux offices.


    Une trentaine de Bénédictins occupent encore les lieux. Ils se sont spécialisés dans la production d'encaustique et la numérisation d'archives.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Nous passerons la nuit sur l'aire de services de Jumièges située à quelques pas de l'abbaye (stationnement gratuit, eau par un jeton disponible chez les commerçants).

    Au réveil, la température n'est que de 11°. Elle ne dépassera pas les 15° au plus chaud de la journée. Surprenant pour une fin juin !

    Dans un gigantesque parc de 15 ha, l'abbaye est en campagne de consolidation jusqu'en 2013. Les échafaudages sont imposants.
    Baptisée par les auteurs du XIXe siècle "la plus belle ruine de France", elle offre aujourd'hui une belle leçon d'architecture.
    Un guide nous en livrera tous les secrets pendant plus d'une heure.

    Avec ses deux tours hautes de 46 m et sa nef de 25 m hantées par le vol d'oiseaux noirs, l'église Notre-Dame est un exemple exceptionnel de l'art roman normand.
    Elle accueillait religieux et laïcs lors des grandes fêtes religieuses.

    Un peu plus loin, on découvre dans l'église Saint-Pierre, les vestiges les plus anciens de l'abbaye. Cette partie était réservée aux moines.
 

 

 

 

  • Ces trois jours de visites le long de la Seine se terminent. Malgré des températures très basses pour une fin juin, ils furent agréables et nous ne manquerons pas de revenir afin de découvrir un peu plus cette belle région.

     

 

 
Merci de votre visite et à bientôt!

 

  

 

- RETOUR CARTE DE FRANCE -

 

Bernard.Tartois@wanadoo.fr