Bernard.Tartois@wanadoo.fr

 

 

- POLOGNE -

 

  

 

     

 

- Mai 2008 à l'aller
et
juillet au retour -

 

C'est en montant et en revenant de Russie que nous avons séjourné une dizaine de jours en Pologne.

A l'aller, nous avons visité principalement Poznan, le château de Rogalin, la belle ville de Torun, le château de Malbrok,
longé le canal qui va d'Elblagh à Ostroda et traversé la Mazurie.

Au retour, nous nous sommes laissés séduire par Cracovie avant de pénétrer dans les entrailles de la terre
aux célèbres mines de sel de Wielickzka.

 

 

 

 
 

 Quelques


en vrac

 

 

  • L'Office du Tourisme Polonais envoie gracieusement en 48 heures chrono une documentation très intéressante : carte et points d'intérêts touristiques, campings, etc.

 

  • 80% des routes que nous avons empruntées étaient en bon état. Les travaux sont très nombreux, certains ininterrompus sur plus de 20 km. Ils peuvent engendrer de forts ralentissements.
    Les contrôles radars sont particulièrement fréquents, surtout dans les villages. La conduite de certains Polonais est pour le moins surprenante...

 

  • En mai et juin, les températures sont fraîches et les averses fréquentes. Il est judicieux de prévoir des vêtements en conséquence.

  

  • Partis pour plus de deux mois, la fréquentation de quelques campings nous a permis d'économiser nos bouteilles de gaz en faisant la cuisine du dîner sur un réchaud électrique. Il nous est arrivé d'utiliser un petit chauffage à céramique de 500 watts.

    Les tarifs s'échelonnent de 19 euros pour une étoile à 22 euros pour le seul quatre étoiles que nous ayons fréquenté.

    Le camping de Pozdan mis à part, aucun ne permettait la vidange directe des eaux usées. Les robinets sont rares. Par contre, d'après plusieurs témoignages, les sanitaires seraient très propres avec des douches vraiment chaudes.

    L'eau qualifiée de "potable" est souvent imbuvable. Il est indispensable d'emporter un flacon de Micropur si vous ne voulez pas recourir à l'eau minérale.

    Pour remplir le réservoir, point de salut en dehors des campings et peut-être des stations-services. Nous n'avons jamais vu le moindre robinet. Les toilettes publiques sont payantes et gardées par une "dame pipi".


    Le DVD "Campings Europe ACSI" nous a été bien utile lors de ce voyage.

 

  • Les Polonais rencontrés ne parlent généralement pas anglais, seulement quelques mots d'allemand pour certains.

 

  • La carte internationale, disponible auprès de votre centre de Sécurité Sociale, vous permettra de vous faire rembourser d'éventuels frais médicaux engagés dans les pays de l'Union Européenne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 
- environ 900 kilomètres en Pologne -

 

  Le récit COMPLET de l'aller en Russie en cliquant ici

 

 

 

  • 5ème jour depuis notre départ : dimanche 18 mai
    Celle (Allemagne) - Swiebodzin (Pologne).
    410 km
    cumul : 1420 km


    Journée sans grandes surprises avec 350 km d'autoroutes allemandes : la forêt à droite, la forêt à gauche...

    Nous franchissons la frontière polonaise à
    Frankfort-sur-l'Oder sans voir le moindre képi de douanier et changeons des euros contre des zlotys.

    Comme en Suède, nous constatons que les routes à deux voies sont bordées d'une espèce de bande d'arrêt d'urgence. Les automobilistes doivent se serrer dessus pour permettre le dépassement. Un oeil devant, le second vers le rétroviseur, c'est une technique qui assure un strabisme divergent en quelques jours...

    Lors des premiers soixante premiers kilomètres, nous avons vu quatre radars fixes et deux contrôles mobiles.

    Il se fait tard. Nous trouvons assez facilement un endroit pour passer la nuit en bordure de route à la sortie de
    Swiebodzin (photo).
 

 

 

 

 

 

  • 6ème jour : lundi 19 mai
    Swiebodzin - Poznan (Pologne) - .
    110 km
    cumul : 1530 km



    C
    irculation très dense avec des centaines de camions sur cet axe important qui relie
    Berlin à Varsovie. Nous subissons également de gros bouchons pour atteindre le camping Malta à Poznan.

    Un accueil glacial nous est réservé par l'hôtesse mais l'endroit est agréable (20 euros le nuit).

 

 

 

  • Quinze minutes de marche nous permettent de rejoindre la station de tramway et quinze autres, le centre.
    N'ayant pu acheter de ticket, nous voyageons sans... (n°6, à l'aller descendre à Porwigska et au retour, Krancowa).


    Le Michelin Vert nous propose un itinéraire intéressant pour parcourir le centre historique.
    Nous commençons par l'église Saint-Stanislas construite dans le plus pur style baroque. Après avoir flâné longuement dans les veilles rues, nous arrivons sur la place du Vieux-Marché.
    L'endroit est magnifique, bordé de belles maisons aux façades décorées, de monuments historiques, de musées, de fontaines et de nombreuses terrasses de café.
    L'Hôtel de Ville Renaissance possède de belles loggias à arcades et abrite le musée d'Histoire.

    Le soir, au camping, nous avons la surprise de rencontrer nos amis belges Marie-Claire et Henri qui vont faire prochainement le circuit en Russie avec nous.

 

 

 

 
- Les vendeurs de fleurs seront toujours très nombreux lors de notre voyage.
Que ce soit en Pologne, dans les pays Baltes ou en Russie,
la coutume veut qu'elles soient offertes pour toutes les occasions, et ce, même aux hommes -

 

 

 

 

 

  • 7ème jour : mardi 20 mai
    Poznan - Torun (Pologne) - .
    210 km
    cumul : 1740 km


    Départ sous le soleil pour visiter le palais de Rogalin.

    En raison de nombreux travaux qui engendrent d'importants embouteillages, il nous faudra plus d'une heure pour parcourir les 30 km qui nous en sépare.


    Un gigantesque chantier de restauration qui durera jusqu'en juin 2009, nous privera de la visite de l'intérieur transformé en musée. Nous nous contenterons d'une longue promenade dans le parc.


    Déjeuner sur le parking ombragé.
 

 

  • Arrêt à Gniezo où nous visitons la cathédrale bâtie sur une colline.


    Elle abrite les cendres de Saint-Adalbert, patron de la ville.


    Il est aussi présent sur la porte historiée en bronze qui présente des scènes de sa vie et de sa mort.


 

 

  • Nous passons à quelques mètres du camping Tramp à Torun sans en voir l'entrée. Nous constaterons un peu plus tard que le panneau n'est installé que dans un sens...


    En bordure d'un pont qui rejoint les deux rives de la ville, l'endroit est assez bruyant et sans évacuation des eaux usées. On ne le recommande pas mais il est le seul de la ville (19 euros sans facture...).


    Le matin, un français vient nous signaler qu'un gamin lui a arraché une baie latérale à 7 heures du matin !!!
 

 

 

 

 

  • 8ème jour : mercredi 21 mai
    Torun (Pologne) - .
    0 km
    cumul : 1740 km


    Depuis le camping, il suffit de traverser le pont qui enjambe la Vistule pour atteindre le centre historique (1,5 km environ).

    Torun est la ville natale de Copernic. Outre sa maison transformée en musée, les monuments à sa gloire sont nombreux.

    A l'intérieur du mur d'enceinte, on peut voir les ruines du château des chevaliers teutoniques.

    Mais c'est sans nul doute le "rynek staromiejski"
     qui est le point fort de la visite. Plusieurs monuments de toute beauté y sont concentrés comme l'Hôtel de Ville, la poste néogothique et l'église du Saint-Esprit.

    Ce quartier piétonnier qui concentre la plupart des magasins est particulièrement vivant et animé.
    L'itinéraire du Michelin nous fait découvrir un parcours plus excentré bien moins intéressant qui nous mène jusqu'au parc ethnographique.

 

 


- Copernic -

 

 

 

 

 

 

 

  • 9ème jour : jeudi 22 mai
    Torun - Malbrok - Elblag
    180 km
    cumul : 1920 km


    Un peu plus de 130 km de bonne route et Malbrok se dessine.

    Le forteresse construite en briques est composée de trois châteaux. C'est l'ancien siège du grand maître de l'ordre Teutonique et le plus grand ouvrage médiéval de ce genre en Europe. Très impressionnant !

    Il est entouré de plusieurs ceintures de murailles flanquées de tours et dotées de portes.

    Le pont piétonnier en bois et le sommet de la grande tour offrent un panorama splendide sur la construction.

 

 

 

  • Le gas-oil et au même prix qu'en France et depuis peu, un plein dépasse cent euros. En Pologne, il doit y avoir une station-service par habitant ou presque. Pas facile de tomber en panne sèche !!!


    Nous reprenons la route pour une trentaine de kilomètres et nous arrêtons au camping d'
    Elblag (16 euros). Très bon accueil des propriétaires de cet endroit calme qui est en bordure du canal qui mène à Ostroda.
 

 

  • Une promenade nocturne nous laissera subjugués par la haute et fine silhouette de l'église illuminée.
    Il fait parfaitement jour dès quatre heures du matin. Par contre, nuit noire à 21 heures.

 

 

  

 

 

  • 10ème jour : vendredi 23 mai
    Elblag - Kosewo (Pologne) - .
    200 km
    cumul : 2120 km


    Des croisières sont organisées pour aller d'Elblagh à Ostroda à travers lacs et canaux. Onze heures sont nécessaires pour parcourir les 70 km séparant les deux villes.
 

 

 

  • Uniques en Europe, pas moins de cinq rampes construites entre 1845 et 1881 permettent aux bateaux de l'élever de cent mètres en moins de 9 km. Les navires s'échouent sur des bers montés sur rails puis sont hissés par un système de câbles et de gigantesques poulies avant d'être remis à l'eau.

    Cela leur permet de franchir la différence de niveau d'eau entre les lacs de Druzno et de Piniewo.

    Par de toutes petites routes, nous nous rendons aux deux plus spectaculaires :
    Jelonki et Buczyniek.

    A voir absolument !

 

 

 

  • Un peu plus loin, nous faisons quelques provisions à Olsztin dans un gigantesque supermarché Carrefour avec galerie marchande et tout et tout...
    Bien entendu, les produits français sont nombreux.
    Surprenant : la plupart des polonais repartent avec presque rien : certains font la queue à la caisse pour un kilo de tomates. D'autre part, ils ne touchent les légumes qu'à travers un sac plastique, même les pommes de terre !

 

  • C'est sous la pluie que nous arrivons au camping de Kosewo. Comme partout ailleurs, il n'y a quasiment personne en cette avant-saison.
    Très tranquille, au bord d'un lac et au milieu des arbres, nous nous y sentons bien (19 euros).
 

 

 

 

 

 

 

 

  • 11ème jour : samedi 24 mai
    Kosewo (Pologne) - Sasnava (Lituanie)
    240 km
    cumul : 2360 km


    La pluie nous réveille et il fait bien frais. Nous sommes en Mazurie, la région la plus froide de Pologne. En hiver, on se déplace à traîneau et les 3000 lacs sont gelés. On y pratique la pêche au trou.

    En été, c'est le paradis des amateurs de voile et des amoureux de la nature.

    C'est également le paradis pour les cigognes. Nous en apercevons à plusieurs reprises sur des toits.
 

 

 

  • La route qui va a Gizycko a du mal a se frayer son chemin entre les lacs et les forêts. Nous faisons une pause à Wilkasy. Malgré la pluie, la brume et le froid, les voiliers sont nombreux à tirer des bords.

    Nous avons quelques difficultés à trouver un endroit pour déjeuner car les parkings sont très peu nombreux. Les rares villages rencontrés sont jalonnés de lilas en fleurs. La température est de 9° en plein milieu de la journée.

    De temps en temps, nous recevons des SMS de nos amis Jacques et Alain que nous allons rejoindre à la frontière russe. Ils nous donnent leur position car, contrairement à nous, ils ont opté pour une montée par le Sud.

    La frontière lituanienne est franchie à
    Burtzisko sans voir le moindre douanier.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- 1200 km en Pologne -

  

 

Le récit COMPLET du retour de Russie en cliquant ici

 

 

 

  • 51ème jour depuis notre départ : jeudi 3 juillet


    Nous franchissons la frontière près de Lazdijai.

    C'est avec plaisir que nous remettons en route notre GPS dont la couverture s'arrêtait à la Pologne. Il nous a beaucoup manqué.

    En trente kilomètres, pas moins de trois contrôles radars effectués par des policiers dans les villages, sans parler des radars automatiques !

    Sur les conseils de Viola et Alain, nous nous arrêtons voir la jolie petite église en bois de
    Giby. Très bien entretenue, elle est toute en bois à l'intérieur comme à l'extérieur. Les lustres sont en bois de cerfs.
 

 

 

 

 

  • Notre descente vers le Sud se poursuit. La route est souvent étroite et les camions très nombreux. Les croisements nécessitent la plus grande vigilance.

    Quelques difficultés pour trouver un endroit où passer la nuit. A
    Firlej, nous apercevons depuis la route un stade à quelques centaines de mètres. Il fera parfaitement l'affaire. La température est de 30°.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • 52ème jour : vendredi 4 juillet
    Firlej - Lublin - Suchedniow
    210 km

    cumul : 7460 km


    Quelques dizaines de minutes et Lublin est en vue. Malgré nos efforts répétés, il nous est tout à fait impossible de trouver deux places dans un parking pour les camping-cars et ce, même à deux kilomètres du centre historique. De plus, il y a un gigantesque marché qui attire beaucoup de monde.

    C'est avec regret que le cap est mis sur
    Cracovie.

    Arrêt au supermarché Carrefour de Pulawy. A notre grande surprise le gas-oil est au moins 20 centimes de zlotis plus cher que dans toutes les stations qui bordent la route.


    Les orages se déclenchent et nous rencontrons de nombreux embouteillages pour contourner cette grande ville qu'est
    Radom.


    N'ayant plus d'eau, nous nous arrêtons au camping de
    Suchedniow (13 euros la nuit). Au bord d'un lac, le camping est immense mais nous sommes tous confinés sur une toute petite parcelle.

 

 

 

 

 

 

 

  • 53ème jour : samedi 5 juillet
    Suchedniow - Cracovie
    150 km

    cumul : 7610 km


    Départ sur Cracovie distant de 150 kilomètres. Pour nous changer un peu des forêts, nous traversons de nombreux champs de blé, de maïs et d'orge qui s'étendent à perte de vue. A certains endroits la moisson est déjà commencée. Cela voudrait donc dire qu'ici, il fait soleil...


    Le GPS nous emmène sans hésitation au camping Smok. Heureusement, car il n'y a aucun panneau qui le balise. Toutefois, il nous fait tourner 200 mètres avant un virage qui cache son entrée et nous nous retrouvons dans une ruelle large de 3 m 50 avec des fils électriques sous lesquels passent à peine nos camions. D'ailleurs, nous les frottons à plusieurs reprises.

    Il y a de la place car seulement quelques camping-cars l'occupent. L'accueil est sympathique (11 euros la nuit).

    L'arrêt du bus pour rejoindre la ville est juste à la sortie.

 

 

 

 

   

 

 

 

  • 54ème jour : dimanche 6 juillet
    Cracovie
    0 km

    cumul : 7610 km


    Superbe journée chaude et ensoleillée. Le thermomètre frôlera en permanence les 30°.

    Un bus à la sortie du camping puis un tramway emmènent en quelques minutes au centre de
    Cracovie. Tous les renseignements, les tickets et les horaires sont disponibles au camping. En fonction des correspondances, le retour peut être un peu plus long.

 

  • Cracovie, traversée par la Vistule, est considéré comme une des plus belles villes polonaises. C'est un peu le berceau de la culture et de la nation. En ce dimanche ensoleillé, nous avons rarement rencontré une foule aussi dense.


    Nous arrivons à temps pour assister dans la cour intérieure du Collégium Maius au ballet musical des figurines animé par le mécanisme de l'horloge. Il y a un monde et un bruit incroyables.
    Le musée recèle une collection unique d'instruments astronomiques.

    Juste à côté, la messe de l'église Sainte Anne attire beaucoup de fidèles. Nous montrons évidemment la plus grande discrétion pour en voir le riche intérieur décoré en stuc.
 

 

 

  • Sur la place du Rynek qui ne manque pas de charme, il y a là aussi énormément de touristes. Cette place du Grand-Marché qui est la plus grande place médiévale d'Europe est le coeur de la ville. Elle est envahie par les terrasses de cafés et de restaurants.

    La Halle aux Draps est maintenant tournée totalement vers le tourisme. Elle est divisée en petites échoppes qui vendent des objets issus de l'artisanat polonais, des souvenirs et des bijoux de pacotille.

    Sous sa façade austère, l'église Notre Dame est un véritable joyau. Il faut voir son retable gothique en bois à cinq volets. Elle est pleine à craquer car nous la visitons lors de la messe dominicale.

    La statue en bronze du poète Adam Mickiewicz est le lieu de rendez-vous préféré des Cracoviens.

 

 

 

 

  • Nous quittons la place du Rynek pour essayer de nous frayer un passage dans la rue Grodzka.

    Une foule incroyable déambule seulement dans la moitié droite car, vu la chaleur, tout le monde marche à l'ombre.

    Là aussi, cafés et restaurants font le plein.


    Au bout de la rue, l'église Saint-Pierre - Saint-Paul attire le regard avec ses statues représentant les douze apôtres et, juste à côté, l'église Saint-André a l'intérieur somptueusement décoré de stuc.
 

 

 

 

  • La rampe qui permet d'accéder à la colline de Wavel qui supporte le château et à la cathédrale est particulièrement fréquentée. Dans la cathédrale, il faut surtout s'attarder sur la chapelle de Sainte-Croix, l'autel de Saint-Stanislas et la chapelle Saint-Sigismond.

    La cour du château offre de belles perspectives sur le bâtiment qui fut le siège du pouvoir pendant plusieurs siècles. Les remparts permettent de dominer une partie de la ville et de la Vistule.

 

 

 

 

  • Nous regagnons l'arrêt de tramway par la rue Kanonizka. De somptueuses calèches tirées par de superbes chevaux magnifiquement parés promènent les touristes.

    Enchantés par cette belle journée qui nous a permis de visiter cette jolie ville, nous dînons d'un bon appétit.
 

 

 

 

 

   

 

 

  • 55ème jour : lundi 7 juillet
    Cracovie
    0 km

    cumul : 7610 km


    Temps lourd et orageux. Annick et moi nous reposons un peu tandis que Nicole et Monique repartent d'un pas vaillant découvrir le Kazimierz qui est le quartier juif.

    Sur le chemin, avant d'y arriver, nous nous arrêtons à l'église Sainte-Catherine qui renferme la statue de Sainte-Rita. Jean-Paul II a honoré ce lieu de sa présence.

    Beaucoup de vieux immeubles sombres et tristes. Une certaine ambiance se dégage de ce village à l'intérieur de la ville. Au coeur de ce quartier se dresse la synagogue Remu'h jouxtée par un cimetière juif, l'un des plus vieux d'Europe.
 

 

 

 

  • Retour en logeant la Vistule et le château pour terminer par une nouvelle halte dans la belle église Notre Dame. Aujourd'hui lundi, il y a beaucoup moins de touristes qu'hier où l'affluence était spectaculaire.

    Elles reviennent enchantées de leur journée. Un délicieux magret de canard accompagné de pommes de terre sautées les attend.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • 56ème jour : mardi 8 juillet
    Cracovie - Wielickzka
    20 km

    cumul : 7630 km
 

 

 

  • Seulement une dizaine de camping-cars sur le premier parking de Wielickzka, juste à gauche en arrivant. Aucun Français. Ils sont rares !

    Nous allons acheter nos billets pour la visite avec un guide francophone à 15h15 (également 10h15 et 12 heures).

    Cette mine de sel gemme est un des lieux d'exploitation les plus vieux au monde : il est en activité sans interruption depuis le XIIIe siècle.

    Un itinéraire souterrain de plus de trois kilomètres (sur les trois cents existants) nous entraîne dans le monde impressionnant de galeries taillées dans le sel, de lacs et de chambres contenant des sculptures uniques dont beaucoup ont été réalisées par des mineurs eux-mêmes.

    La température est constante à 14° et nous descendrons près de 800 marches qui nous emmèneront à 135 mètres de profondeur.
 

 


- guides lors d'une pause -

 

 

  • La salle la plus intéressante est la chapelle Sainte Cunégonde, patronne des mineurs. A 101 mètres, elle est creusée à même la roche saline avec ses lustres composés de cristaux de sel et ses sculptures de sel gris.
    Encore plus bas, il y a même un sanatorium !

    La visite qui dure plus de deux heures se déroule toutefois à un rythme accéléré, un groupe en chassant un autre.

    Pour terminer, un musée présente une exposition d'outils miniers et de documents relatant l'histoire du site.

    Un ascenseur de mineur à quatre étages nous ramène très rapidement à la surface.

    Pas moins d'un million de touristes se rendent ici chaque année !

    Visite intéressante, certes, mais sans comparaison aucune avec les mines de sel de
    Berchtesgaden en Bavière.
 

 

  • Il ne faut pas quitter la petite ville de Wielickzka sans avoir parcouru le joli parc qui mène à l'église puis au Rynek.

    Nous passons la nuit sur le parking. Quelques bruits dus à la circulation dès 5 heures du matin.
 

 

 

 

 

 

 

 

  • 57ème jour depuis notre départ : mercredi 9 juillet
    Wielickzka - Polanica-Zdroj
    370 km

    cumul : 8000 km


    Notre descente vers le Sud est terminée, nous mettons maintenant le cap à l'Ouest vers Prague.
    Pour notre plus grand bonheur les soirées vont se faire plus longues.

    A la sortie de
    Wielickzka, nous perdons nos amies bloquées à un feu rouge. Grâce au téléphone, elles nous retrouveront plus tard. Les villages succédant aux villages nous n'avons parcouru que 72 kilomètres en deux heures.

    De très violents orages inondent les routes.

    Nous déjeunons sur le gigantesque parking d'un hypermarché à
    Bytom car il n'y en a pas en bord de route.
    Belle portion d'autoroute gratuite jusqu'à
    Opole avant d'emprunter une voie très fréquentée par les camions qui viennent de la frontière de la république Tchèque.


    A l'approche de Klodsko, nos premières montagnes depuis le départ apparaissent et le paysage se fait pittoresque. Sapins et chalets sont au rendez-vous.

    Nous quittons la route à la circulation intense pour trouver un parking deux kilomètres plus loin dans la station thermale de
    Polanica-Zdroj, petite station thermale traversée par une petite rivière.

    Un Intermarché à 200 mètres pourrait nous faire croire que nous sommes en France. Il y a même des baguettes de pain qui sont loin d'être mauvaises.
 

 

 

 

 

  • 58ème jour : jeudi 10 juillet
    Polanica-Zdroj - Prague
    180 km

    cumul : 8180 km


    Nous franchissons la frontière de la république Tchèque. Le paysage est assez austère avec tous ces vieux bâtiments qui auraient besoin de rénovation. Le temps gris n'arrange pas les choses.

 

 

 

 



L'intégralité de notre voyage dans les pays Baltes et en Russie

est accessible à partir de la page d'accueil.

 

 

PRAGUE, c'est par ici ... 

 

 

   

Bernard.Tartois@wanadoo.fr